INDUSTRIE 2025 : CHARTE

Modèle de réflexion pour une place industrielle suisse compétitive sur la base des projets de numérisation et de réseautage d’Industrie 4.0

L'expression « Industrie 4.0 » a été influencée en 2012 par l'initiative allemande du même nom et s'est établie au niveau international. Toutefois, la présence élevée de ce thème dans les médias, sur des outils de marketing et lors de nombreuses manifestations a donné lieu à diverses interprétations. De plus, diverses tendances parallèles (telles que Internet of things, additive manufacturing, etc.) ont contribué à une plus ample dilution de la réflexion de base d'« Industrie 4.0 ». Raison pour laquelle il est déterminant pour procéder de manière commune de mettre sur pied et d'établir une vision uniforme et supérieure d'« Industrie 4.0 ». La charte « Industrie 2025 » en constitue un outil. Il faut la comprendre comme un modèle de réflexion comprenant vision et champs d'action. Elle s'oriente sur la place industrielle suisse en se basant sur des approches liées à la numérisation et à la mise en réseau d'« Industrie 4.0 ».

Dans l’espace économique globalisé, la Suisse se voit confrontée à de nombreux défis. Pour continuer d’agir avec succès et compétitivité, ainsi que pour assurer des emplois en Suisse, il est nécessaire d’agir : la nouvelle orientation engagée dans le monde entier vers des chaînes de création de valeur numérisées et en réseau doit aussi être poursuivie dans l’industrie suisse de manière judicieuse et conséquente – aussi bien dans les processus existants que dans les nouveaux développements. C’est ainsi que la place industrielle suisse est renforcée par l’innovation permanente et le développement de savoir-faire. L’industrie suisse s’engage avec ses associations pour l’application du modèle de réflexion « Industrie 2015 » – avec l’intention de maintenir le bien-être de l’ensemble de la population suisse avec une place industrielle suisse forte.

La vision de chaque entreprise se base sur quatre piliers :

Des chaînes de production de valeur numérisées et mises en réseau permettent de réagir rapidement aux besoins du marché et aux conditions de production modifiées et favorisent une charge de production optimale.
Avec une infrastructure de production souple, on peut mettre l’accent sur les produits ayant la demande la plus élevée – et, en cas de besoin, des phases de production peuvent être transférées à des entreprises dans le réseau. On peut éviter des pertes de temps d’entreposage ou de livraison si on peut intervenir en temps réel dans les processus de production.

Des chaînes de création de valeur numérisées et mises en réseau permettent la fabrication de pièces uniques et de petites séries à des coûts identiques à ceux de la production en série.
La possibilité d’influencer chaque étape du processus de production permet une spécification indépendamment de la taille du lot. Les produits ayant un degré d’individualisation élevé permettent de satisfaire au mieux les besoins du client – ce qui renforce la position sur les marchés et en ouvre de nouveaux.

Des chaînes de création de valeur numérisées et mises en réseau permettent de nouveaux modèles d’affaires.Par de nouveaux modèles de marketing, de vente, d’exploitation et d’entretien, les possibilités nées des processus numérisés et mis en réseau peuvent conférer une avance sur les marchés – ce qui vaut aussi bien pour les produits que pour le savoir-faire de production généré.

Une innovation permanente et le développement d’un savoir-faire spécifique dans le domaine des chaînes de création de valeur numérisées et mises en réseau ouvrent la porte sur la conquête de nouveaux marchés. La compétitivité n’est pas garantie seulement par la mise en place de chaînes de production de valeur en réseau. Il s’agit de développer soi-même continuellement des technologies innovatrices et un savoir-faire spécifique à la production en collaboration avec la recherche, de les appliquer dans le domaine de l’aménagement des processus et d’investir par-là de nouveaux marchés. C’est ainsi que la place industrielle suisse peut continuer d’occuper une position de leader au niveau mondial.

Les investissements et les mesures en suspens se basent sur quatre champs d’action :

La numérisation d’appareils et de systèmes est la base de l’application de chaînes de création de valeur mises en réseau.Pour appliquer des processus de production automatisés et souples, il faut des appareils et des systèmes numérisés communiquant de façon autonome. Ces conditions sont déjà présentes en partie aujourd’hui, mais elles doivent être mieux utilisées et développées.

La mise en réseau judicieuse d’appareils et de systèmes permet la commande intelligente des processus de production – ce qui donne lieu à davantage de transparence, à un degré élevé d’individualisation et une plus grande productivité.Dans un processus de production mis en réseau, les systèmes et les appareils communiquent entre eux pour coordonner les étapes du travail ainsi que pour organiser eux-mêmes l’entretien et le maintien. C’est ainsi que naissent au sein d’une entreprise et entre de nombreuses entreprises des chaînes de création de valeur gérées par commande intelligente.

La récolte, l’archivage et l’interprétation des données génèrent un savoir-faire en matière de production et le rendent accessible.Des appareils et des systèmes mis en réseau permettent de récolter en permanence des données relatives à la production et d’en générer un savoir-faire sur la production. Ce qui permet de mieux maîtriser la complexité des chaînes de création de valeur mises en réseau et d’optimiser continuellement et judicieusement les processus.

La mise en réseau judicieuse de l’ensemble du cycle de vie d’un produit permet une production et une acquisition plus efficaces et offre une plus-value décisive après l’achat.La plus-value d’un produit peut être considérablement augmentée si tous les processus, de la conception à l’élimination en passant par la production et l’entretien, sont directement reliés entre eux et peuvent réagir les uns sur les autres de façon automatisée. Les points principaux sont ici l’acquisition et la production, où la mise en réseau contribue à une plus grande efficacité, ainsi que l’après-vente où la mise en réseau crée une plus-value déterminante pour le client.