Groupes de travail

L'initiative "Industrie 2025" soutient plusieurs groupes de travail. Les objectifs sont, en particulier, de résoudre des problèmes techniques, méthodologiques, scientifiques ou organisationnels spécifiques et de mettre en œuvre des projets particuliers. Les membres des groupes sont nommés par "Industrie 2025".

Les groupes suivants sont en cours de lancement (d'autres informations suivront) :

 

Le thème de la numérisation et de l'industrie 4.0 fait l'objet de discussions sur une grande variété de chaînes comme l'une des plus grandes tendances actuelles. Cela crée une pression pour que de nombreuses entreprises fassent quelque chose à propos de ce sujet. Le groupe de travail "Comment accéder à l'industrie 4.0" développe une boîte à outils qui aide les entreprises individuelles (en particulier les PME) à mettre en œuvre le développement des affaires numériques par une approche structurée.

L'industrie 4.0 exige une intégration sans précédent des systèmes au-delà des frontières des domaines, des frontières hiérarchiques et des phases du cycle de vie. De plus, il n'y a aucun besoin impérieux d'utiliser des nouvelles technologies, mais le but c'est de créer des systèmes intégrés à partir des éléments existants. L'objectif ici c'est de donner à toutes les parties prenantes un aperçu des normes et standards pertinents dans le domaine de l'industrie 4.0 et de montrer l'environnement actuel des normes et standards. Le groupe de travail "Normes et standards I4.0" fait le point sur les normes internationales et nationales existantes et élabore une feuille de route normative I4.0 Suisse.

En raison de la numérisation, la production industrielle est en train de subir un changement structurel tourné vers l'avenir. La Suisse joue un rôle décisif en tant que site de production. Industrie 4.0 rend possibles de nouveaux modèles d'affaires numériques et les crée déjà. Toutefois, de nombreuses petites et moyennes entreprises, pour la plupart, éprouvent encore des difficultés à définir leur propre approche face à ces nouvelles opportunités. Le groupe de travail "Penser en modèles d'affaires numériques " développe différentes approches, méthodes et modèles qui peuvent être appliqués dans la pratique.

Les concepts de l'industrie 4.0 regroupent des technologies qui auparavant étaient largement utilisées indépendamment les unes des autres. Dans le passé, les machines, les installations et les produits finis étaient isolés et fonctionnaient sans échange de données avec leur environnement. Cependant, aujourd'hui, le besoin de mise en réseau pour augmenter l'orientation client, la rentabilité et le développement de nouvelles opportunités commerciales sont en augmentation. Cela crée des défis particuliers pour assurer la sécurité durable des systèmes en réseau. La sécurité est l'une des conditions de base essentielles à la réussite de la transformation des entreprises vers l'industrie 4.0. Différents pas sont nécessaire pour garantir cela, à savoir une intégration holistique de la sécurité sur l'ensemble du cycle de vie des machines industrielles, des installations et des produits finis et du développement à l'élimination en passant par l'utilisation.

Les données jouent un rôle central dans les entreprises, qu'il s'agisse de données de machines, de données de processus, de données de produits, de données sur les clients ou de données externes qui peuvent intéresser les entreprises. Cependant, les données restent inutiles si aucune connaissance utilisable ne peut être générée à partir de celles-ci. Ce groupe de travail se préoccupe, entre autres, d'utiliser correctement les bonnes données. En étroite collaboration entre les Data Scientists et les spécialistes de l'environnement industriel 4.0, il convient d'indiquer les moyens de créer des projets significatifs et utiles pour la pratique avec une quantité modérée de données.

La caractéristique fondamentale des systèmes cyber-physiques est la mise en réseau des sous-systèmes et entre eux et avec les services. Dans l'environnement de l'entreprise, par exemple, cela signifie connecter des capteurs ou des actionneurs dans l'environnement de production (au niveau de l'atelier) avec le cybermonde, c'est-à-dire le monde virtuel. Cela peut être fait par exemple avec des programmes de simulation, planification, surveillance ou analyse. L'automatisation basée sur CPS offre des avantages considérables en dehors de l'entreprise tout au long de la chaîne d'approvisionnement. L'objectif du groupe de travail est de développer des concepts durables qui montrent comment la mise en réseau horizontale et verticale peut être mise en œuvre avec succès.